Le groupe girondin fournisseur de services informatiques vient de clore son exercice 2017/2018 sur une bonne performance économique qui s’accompagne de recrutements

Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG du groupe girondin de services informatiques Cheops Technology, vient de clore l’exercice 2017/2018 sur une nouvelle croissance de son activité. Elle permet au groupe de dépasser l’objectif de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires qui était dans le viseur de son dirigeant dès 2016.

« Nous avons réalisé une année exceptionnelle notamment grâce à la croissance de nos services de cloud computing » analyse le dirigeant. « Nos solutions rencontrent le marché qui connaît un développement fort. Pour exemple, en avril dernier, nous étions en négociation finale sur quatre marchés potentiels concernant un grand groupe mutualiste parisien, une coopérative du Nord de la France, ou encore une fabrique de lingerie lyonnaise et un groupe laitier… et nous les avons tous remportés ! » Au nez et à la barbe, selon nos informations, d’acteurs de poids comme Atos, ou encore Thales.

« Mais le cloud n’est pas le seul moteur de notre croissance, nous remarquons, cette année, un renforcement de l’activité infrastructures à la faveur d’une reprise économique solide » analyse Nicolas Leroy-Fleuriot

50 recrutements en cours

Une reprise qui tire donc la croissance du groupe Cheops Technology qui s’apprête également à passer la barre des 500 collaborateurs.

« Nous allons renforcer nos équipes, actuellement 450 hommes et femmes, de cinquante nouveaux collaborateurs d’ici la fin de cette année 2018. Dans un secteur d’activité pourtant hyperconcurrentiel en matière de ressources humaines, grâce au travail réalisé par des élus comme Alain Rousset, président de Région et Alain Juppé, Maire de Bordeaux et Président de Bordeaux Métropole, pour l’attractivité de la région, nous ne devrions rencontrer aucune difficulté pour recruter » assure le PDG.

Nous avons ouvert trois postes d’ingénieurs commerciaux il y a quelques semaines. Des compétences pourtant très rares dans notre secteur. Finalement, nous en avons recruté quatre, car les profils des candidats étaient exceptionnels. Certes la réputation de Cheops est bonne, mais l’envie de travailler à Bordeaux est également très forte de la part des cadres supérieurs et dirigeants » lâche le dirigeant en guise d’illustration.

Pas d’acquisition aux USA… cette année

Ces nouvelles forces prendront prochainement place dans le siège social  de Canéjan, entièrement repensé et étendu (moyennant 6 millions d’euros d’investissement). Un siège de bientôt 5 300 m2 qui sera inauguré le 4 octobre mais que les salariés vont commencer à investir dès le 15 juillet. Des collaborateurs qui n’auront pas encore de collègues en Californie.

L’opération de croissance externe, le rachat d’un groupe familial de services informatiques qui pèse environ 145 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel, qui avait été évoqué par Nicolas Leroy-Fleuriot en 2017, n’aura pas lieu. « Nous étions très avancés sur ce dossier. Nous étions tombés d’accord sur le prix de la transaction… mais au dernier moment, les vendeurs ont tenté d’imposer des conditions de trésorerie qui n’étaient pas acceptables. J’ai refusé le deal. C’est une grosse frustration à l’arrivée, mais ce n’est pas du temps perdu car j’ai beaucoup appris de ces premières vraies négociations aux USA. Je crois aussi qu’in fine, nous allions surpayer cette société. Parfois les meilleures affaires sont celles que l’on ne réalise pas…et puis la Californie, ce n’est que partie remise. »

…mais une acquisition parisienne

Une frustration  que le dirigeant semble avoir déjà en partie comblé en jetant son dévolu sur une nouvelle opération de croissance externe concernant une société de la région parisienne, qui emploie une vingtaine de personnes et réalise près de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires.

L’affaire est certes plus modeste, « mais elle très stratégique  » corrige Nicolas Leroy-Fleuriot. « Cette acquisition, qui sera finalisée en juillet va nous apporter une compétence nécessaire dans une des trois nouvelles offres innovantes de cloud que nous allons lancer et présenter officiellement à Paris le 22 juin. »