1. Accueil
  2. >>
  3. Actualités
  4. >>
  5. L’entreprise Valorem recrute 35...

L’entreprise Valorem recrute 35 personnes en 2019

 sudouest du 30/01/2019 par Nicolas César

En plein essor, la PME girondine Valorem, spécialisée dans les énergies renouvelables, étoffe ses effectifs et embauche à des postes très divers

Fondée en 1994 à Bègles, dans un ancien centre de recherche du pétrolier Esso, au cœur de la métropole bordelaise, par deux entrepreneurs « engagés », Jean-Yves Grandidier et Pierre Girard, la société Valorem a été pionnière dans le développement des énergies renouvelables en France. Aussi bien dans les centrales solaires photovoltaïques, que les éoliennes.

Et, pour se faire, une place sur un marché dominé par les géants de l’industrie (Engie, Total, EDF…), Valorem a su se positionner sur les projets complexes, comme celui de Sainte-Rose, en Guadeloupe. Sa force, notamment, est de maîtriser toute la chaîne de la filière, de la prospection à l’exploitation en passant par la maîtrise d’œuvre et la maintenance, via ses différentes filiales. Mais, pour grandir et durer dans ce milieu très capitalistique, il faut avoir une certaine assise financière. Et là aussi, le groupe girondin a franchi un cap. En 2016, 3i Infrastructure, fonds d’investissement coté à Londres, qui œuvre dans le secteur des infrastructures, a investi pas moins de 69 millions d’euros dans l’entreprise.

Un groupe indépendant

Plus récemment, la semaine dernière, l’entreprise a finalisé un partenariat avec la Société générale pour le financement bancaire de 180 MW (mégawatts) éoliens en France métropolitaine et 350 millions d’euros d’investissement sur trente-six mois. Et ce, tout en restant indépendant. Les fondateurs de la société, leurs familles et les salariés du groupe restent majoritaires au capital. Des apports financiers, qui lui donnent les moyens de ses ambitions. En particulier à l’international. Le groupe, qui est actuellement implanté à Bègles, Amiens, Carcassonne, Aix-en-Provence, Nantes et en Guadeloupe, entend se déployer dans les années à venir en Europe (notamment en Finlande), en Afrique, dans les Caraïbes et en Amérique latine (Colombie).

Un nouveau siège social

Les perspectives d’avenir semblent prometteuses. « Notre objectif est de passer de 75 millions d’euros de chiffre d’affaires aujourd’hui, à 180 millions en 2022 », explique Marc Rouberol, directeur financier du groupe. Ce qui va amener l’entreprise, qui emploie actuellement 220 collaborateurs (ingénieurs, énergéticiens, paysagistes, géographes, commerciaux, administratifs…), à recruter, dès cette année.

« Nous allons embaucher 35 personnes en 2019 : des chefs de projet, des juristes, des financiers, des commerciaux, des techniciens pour la maintenance… »,

précise Jean-Yves Grandidier, le président fondateur du groupe Valorem.
Par ailleurs, d’ici fin 2020, l’entreprise va « offrir » à ses salariés un nouveau siège social à Bègles, de 3 600 m², toujours sur le même site, au sein du parc Newton. Mais, ironie du sort, Valorem, qui est très attaché à la Gironde, n’a toujours pas pu implanter d’éoliennes dans le département.

Aller à la barre d’outils