Marché du travail : un peu moins précaire et bien plus qualifié

www.linkedin.com/in/aes-association-81b28b84

SOCIAL

La part des CDD et de l’intérim dans l’emploi recule, de même que le sous-emploi, selon les derniers chiffres de l’Insee.

Alain Ruello @AlainRuello

Taux de chômage et nombre d’inscrits à Pôle emploi en baisse, taux d’emploi et d’activité qui, logiquement, suivent une pente opposée, déclarations d’embauches toujours soutenues… Les différentes statistiques publiées ces dernières semaines traduisent l’amélioration du marché du travail, même s’il reste encore beaucoup de chemin vers le plein-emploi.

La batterie de chiffres, rendue publique jeudi par l’Insee, apporte une touche supplémentaire en montrant que la tendance ne porte pas que sur le nombre d’emplois créés ou repris, mais aussi sur leur qualité. Agrégeant et détaillant les données 2019 et leurs évolutions passées, l’institut statistique dessine un marché du travail dans lequel la précarité professionnelle recule. En témoigne la part des contrats à durée de travail déterminée (CDD) et d’intérim dans l’emploi : elle était de 11,5 % l’an dernier, contre 12,2 % en 2017.

12,1 % d’indépendants

« Le recul s’observe pour toutes les classes d’âge », souligne l’Insee. Il s’explique par la remontée des contrats à durée indéterminée dans les déclarations d’embauche depuis la mi-2015, le CDI restant la forme d’emploi majoritaire (74,6 %). A noter que la part des indépendants n’a jamais été aussi élevée depuis 2000, atteignant 12,1%.

Autre indicateur bien orienté s’agissant d’une relation plus souvent subie que voulue, particulièrement chez les femmes : la part des temps partiels est revenue à son niveau de 2012 (18,1 %). Mieux, le sous-emploi, c’est-à-dire la situation de celles ou ceux qui souhaitent travailler davantage et sont disponibles pour cela, a baissé de 1,3 point par rapport à 2015 pour représenter 5,4 % des emplois.

Tout cela n’est sans doute pas étranger à la montée en qualification de la population active (pour rappel, un actif est une personne en emploi ou au chômage). Les cadres ne sont pas les seuls travailleurs qualifiés, mais leur part dans l’emploi total a gagné 3 points en dix  ans pour se rapprocher des 20 %.

Les dernières prévisions de l’Association pour l’emploi des cadres, l’Apec, montrent que la barre historique des 300.000 recrutements sera atteinte en 2022, si ce n’est l’année prochaine. « La France se positionne comme un pays de compétences », estime son directeur général, Bertrand Hébert.

Diplôme post-bac

Malgré la tendance actuelle à favoriser l’expérience et les aptitudes, le diplôme reste un sésame pour accéder au marché du travail, surtout s’il s’agit d’un titre du supérieur. C’est ce que montre une étude, également publiée jeudi, de France Stratégie, un centre de réflexion rattaché à Matignon.

Il en ressort qu’à chaque âge, les diplômés post-bac ont un taux d’activité systématiquement plus élevé que les moins diplômés. Chez les hommes, l’écart atteignait 13 points en 2018, près de deux fois

plus qu’en 1983. Cette tendance, qui n’est pas propre à la France, trouve en partie son origine dans la mondialisation de l’économie qui a accru les sorties du marché du travail des moins qualifiés. Chez les diplômées du supérieur, l’écart est encore plus marqué (18 points). Mais il s’est un peu réduit avec le temps, les femmes moins diplômées pâtissant davantage des contraintes entre vie professionnelle et vie privée

Les Echos le 21 février 2020