RAFALE: Des retombées pour l’économie locale

www.linkedin.com/in/aes-association-81b28b84

Florence Parly, lundi 14 janvier à l’usine Dassault de Mérignac (33), au côté d’Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation

Sudouest du 15 janvier 2019.

Lundi 14 janvier, la ministre des Armées, Florence Parly s’est rendue à l’usine Dassault Aviation de Mérignac (Gironde) pour annoncer le lancement du développement du nouveau standard F4, destiné à moderniser et améliorer le Rafale. L’avion de combat omnirôle développé pour la Défense française va donc à nouveau évoluer. Une excellente nouvelle pour la filière et l’économie en Nouvelle-Aquitaine.

Quelques chiffres

1,8

C’est la vitesse maximale en Mach du Rafale (1 925 km/h). Composé à 40% d’aluminium, le chasseur français, qui pèse moins de dix tonnes, vole à Mach 1,4 en vitesse de croisière (1 713 km/h) et peut atteindre Mach 1,8 (2 203 km/h).

1,9

En milliards d’euros l’investissement de l’Etat pour moderniser le Rafale et développer le nouveau standard F4, afin de mieux faire face aux nouvelles menaces terroristes et assurer sa compétitivité à l’exportation au cours des prochaines décennies.

2

C’est le nombre d’avions Rafale livrés actuellement par mois sur le site de Mérignac, tous pour l’exportation. Jusqu’en 2021, l’usine girondine tournera à plein régime pour fournir les avions vendus dans le cadre des grands contrats précédents signés avec l’Inde, le Quatar et l’Eypte. Les livraisons à l’armée française reprendront à partir de 2022 jusqu’en 2024 : 28 appareils au total.

8

En milliards d’euros, le montant du plus gros contrat à l’export jamais remporté à ce jour par Dassault Aviation. Il a été formellement signé par l’ancien ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et son homologue indien, le 23 septembre 2016 à New Delhi pour les 36 appareils construits en France, équipés de leurs armements. Les premières livraisons interviendraient dès 2019.  Le 16 février 2015, l’Égypte a commandé 24 exemplaires de l’avion. Historique, le contrat de 4,5 milliards d’euros mettait fin pour l’appareil à 27 ans d’échecs répétés à l’exportation, et consolidait la filière aéronautique française, notamment dans la région et en Gironde. Trois des avions ont été livrés à l’Egypte dès juillet 2015. Le 4 mai 2015, le Qatar commandait à son tour 24 avions, au terme d’un contrat de 6,3 milliards d’euros dont l’Emirat a réglé le premier acompte en décembre 2015.

11

C’est le nombre de sites de production, tous en France, sur lesquels l’appareil, presque 100% tricolore, est fabriqué. Quatre d’entre eux se situent dans la Nouvelle région Aquitaine.

Qui fait quoi et où dans la région ?

Les sociétés de Safran fournissent de nombreux équipements du Rafale. Thales fabrique le radar et l’avionique à Mérignac (Gironde). Dassault Aviation fabrique le tronçon arrière et la dérive à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), les ailes à Martignas (Gironde), la verrière à Poitiers (Vienne) et l’avionneur réalise l’assemblage final du Rafale et du Falcone à Mérignac.

30

Le nombre de nouveaux Rafale standard F4 qui seront commandés en 2023, à l’usine Dassault, dans le cadre de la future loi de programmation militaire, selon le ministère des Armées. Les livraisons s’échelonneront entre 2027 et 2030.

215

C’est le nombre d’avions de chasse supplémentaires Rafale que compte vendre à court terme Dassault : 167 en Inde, 36 au Qatar et 12 en Égypte. L’entreprise tricolore s’apprête à candidater à de multiples appels d’offres en 2019 (en Suisse, en Finlande…)

1400

C’est le nombre d’emplois à l’usine de Dassault à Mérignac pour assembler le Rafale et le Falcon. Selon le ministère, 2 500 à 5 000 emplois directs et indirects seront liés au standard F4. Le chantier doit associer une centaine de sous-traitants et partenaires, dont des PME et des start-up. Au total, l’industrie du Rafale génère près de 7 000 emplois. Avec l’Occitanie et l’Île de France, la Nouvelle-Aquitaine (20% du volume de travail réalisé), fait partie des trois régions françaises qui bénéficient le plus de la construction de l’avion militaire.

2001

Le premier avion de série (15,27 m de long 10,86 m d’envergure et 5,34 m de haut) a été livré le 18 mai 2001. Entré en service dans la Marine nationale en 2002 (version M) et dans l’armée de l’Air française en 2006, il existe en quatre versions : le Rafale C, monoplace pour l’Armée de l’air, le Rafale M, conçu pour la Marine (sur porte-avion), le Rafale B, appareil biplace, et le Rafale version lourde (douze missiles et trois réservoirs supplémentaires).

2023

Les premiers Rafale au standard F4 arriveront dès 2023 dans les forces françaises, avec certaines fonctions disponibles dès 2022. Le standard F4 recevra plus de données connectées et verra aussi ses capacités d’action renforcer grâce au moteur M88, avec un calculateur à la fiabilité accrue. Il pourra également porter les nouveaux missiles A2SM 1 000 kilos et verra sa détection des ennemis améliorée, notamment grâce au radar à antenne active. Son prédécesseur, le F3R, était en développement depuis 2014. Il doit entrer en service dès 2019.